Interview sur le blog « La revue du design »

Voici l’intégralité de l’interview pour le blog « La revue du design ». Merci à toute l’équipe pour leur confiance et leurs questions !

L’intégralité de l’interview est à retrouver ici.

Nous interviewons aujourd’hui le designer Florent Bouhey, fondateur du studio de design industriel Michu à Lyon. La particularité du studio est d’avoir deux activités complémentaires, d’une part l’accompagnement d’industries et d’entreprises dans le développement de leurs nouveaux produits et d’autre part l’autoproduction, grâce au machines numériques présente au sein d’un fablab, d’objets du quotidien en petite série. Rencontre :

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre formation et votre parcours professionnel?
Après un Bts design de produit à Lyon, j’ai poursuivi ma formation à l’ECAL à Lausanne d’où je suis sorti diplômé en 2013 grâce au projet de diplôme MuPro en partenariat avec la ganterie Rostaing. Assez tôt, j’ai eu envie de mettre mes compétences de designer au service d’entreprises pour les aider à créer de meilleurs produits. Ce que j’ai pu faire ensuite lors de mon stage chez Normal Studio où j’ai pu travailler sur des projets très éclectiques. Ensuite, cette volonté de s’associer à l’industrie m’a amené à être responsable du design pour un groupe d’extrusion aluminium de la région lyonnaise. Poste que j’ai quitté à la fin de l’année 2015 pour créer Michu, studio de design produit et marque d’objet du quotidien fabriqués avec la contrainte qu’offre les machines de production d’un fablab.

Sur quel(s) sujet(s) travaillez-vous en ce moment?
Actuellement, je jongle entre plusieurs projets assez variés. La réponse à un appel d’offre pour la conception de mobilier d’une résidence étudiante, la conception et fabrication d’un trophée et l’organisation d’un workshop créatif pour un incubateur de start-up lyonnais. Je développe aussi la partie plus expérimental de mon activité qui est d’autoproduire et de commercialiser en ligne des objets que je fabrique dans le fablab lyonnais Youfactory. Le but est d’explorer les possibilités esthétiques et fonctionnelles qu’offre les machines de fabrication numérique présente justement dans un fablab. Ce n’est pas encore le cas mais bientôt tous les objets Michu seront disponible en open-source, ce qui permettra à tous ceux qui souhaitent de les fabriquer gratuitement. Parallèlement avec Roman Pin, designer produit lui aussi, nous travaillons ensemble sur différents projets. Notamment Electric ceramic, soutenu par la fondation Ikea Suisse, qui propose de reconsidérer le matériaux céramique dans le domaine des accessoires électriques (prise, triplique et multiprise).

Combien de personnes compte votre agence?
Pour le moment, je travaille principalement seul mais j’aime travailler en équipe lorsque le projet le réclame, notamment avec Roman Pin ou à travers la communauté de talents KOSMOSS, agence de business développement, que j’ai intégré il y a peu.

Quelle est votre méthode de travail habituelle?
Chaque projet nécessite sa propre méthode mais elle s’articule toujours autour de trois phases. Une phase d’analyse centrée sur l’écoute des besoins et du brief client. Ensuite vient la phase des propositions argumentées pour répondre à la problématique du client. Généralement, je passe peu de temps à dessiner, c’est d’ailleurs plus des schémas ou principe structurel que je développe assez vite par des maquettes. Généralement, je commence toujours par écrire, des questions, mots clés, tout ce qui me passe par la tête à ce moment là puis je synthétise.

Fréquentez-vous les blogs et sites Internet consacrés au design, et si oui lesquels?
J’avoue avoir mon rituel de veille quotidien matin mais il se résume à seulement quelques blogs comme Dezeen, Fastcodesign et Lemanoosh. Etudiant, je pouvais passer des heures sur des blogs consacrés au design, je crois que c’est aussi comme ça que l’on se crée une culture et un sens critique. Maintenant, je me limite aux quelques blogs mentionnés plus haut car il existe beaucoup de média autour du design et trop peu propose un contenu qualitatif.

Y a-t-il un ou plusieurs designers, ou créateurs, qui vous inspirent au quotidien?
Bien sur, généralement j’apprécie des designers qui ont réussi à s’extraire du monde clos du design. Normal Studio pour son vocabulaire autour de l’outil de production et sa capacité à allier démarche design et stratégique. J’aime beaucoup Joran Briand et ses projets en lien avec l’architecture ou le surf. Je trouve la rencontre entre ces deux univers très riches. Map design project en Angleterre, pour sa particularité à aider les start-ups dans leurs campagnes de crowfunding.

S’il y avait une chose à changer dans le design?
Que les designers de tous bords aillent davantage vers les entreprises et industries pour les aider à améliorer leurs produits, communications, site web, environnement,… Et à l’inverse, que les dirigeants de ces entreprises soient plus éduqués et sensible à l’apport du design sur leurs produits et leurs marques. Peut-être à cause de notre tradition des arts décoratifs ou des premiers designers stars des années 80, mais c’est dommage que l’image du design soit, en France, toujours autant perçu comme superficielle, élitiste et uniquement centrée sur l’esthétique.

Quelle est la commande que vous aimeriez vous voire confier?
J’adorerais travailler sur une gamme d’électroménager associant tout notre savoir-faire technologique actuel couplé à des technologies vernaculaires. Concrètement, ça pourrait donner un réfrigérateur se servant du principe du zeer pot pour garder les aliments au frais. L’adoption de la logique du zeer pot permettrait d’économiser beaucoup d’énergie et, en terme de design, ce serait totalement fascinant de travailler sur cette nouvelle typologie de produit.

De votre point de vue, le métier de designer est-il enviable aujourd’hui?
Enviable je ne sais pas, tout est une histoire de choix, mais il est certains que c’est un très beau métier où l’on apprend et découvre tous les jours.

Pour finir, un livre, un site Internet, un film, une découverte récente… que vous auriez envie de partager avec nous?
Une vidéo : L’intervention de Navi Radjou à propos de l’innovation frugale lors d’un TedX
Un site : www.thngs.co , sorte d’arche de Noé sur le web répertoriant tous les objets produits à ce jour.
Bonus : le compte Instagram Twin_Pix qui met en lumière les similarités esthétiques dans le design d’édition.